Imprimer

Bepi Colombo / DBSC - Fouad SAHRAOUI

Type

AA-ANO2

Coordination

Obs. Paris Fabienne CASOLI fouad.sahraoui@lpp.polytechnique.fr

Partenaires

OVSQ Chantal CLAUD

Description

Le satellite Mercury Magnetospheric Orbiter (MMO) est l’une des deux sondes de la mission BepiColombo dont le but est l’exploration de la planète Mesure et de son environnement proche. La sonde MMO, sous la responsabilité de la JAXA, comporte une instrumentation complète dédiée aux mesures in-situ de l’environnement magnétisé de Mercure, incluant le vent solaire, la magnétogaine et la magnétosphère. L'instrument DBSC (Dual Band Search Coil) est un fluxmètre magnétique double bande (BF et HF) parallèle à l'axe de spin de la sonde MMO (Lead CoI Fouad Sahraoui, LPP, France). Il est l’un des instruments du consortium PWI (Plasma and Wave Instrument, PI : Yasumasa Kasaba, Univ. Tohuko, Japon). DBSC mesurera les fluctuations du champ magnétique dans deux bandes de fréquence : une bande BF couvrant la gamme [0.1Hz, 20kHz] et une bande HF [10,640] kHz. Deux fluxmètres magnétiques, construits par l'Université de Kanazawa (Japon), couvrent la même bande BF et forment un trièdre orthogonal avec le DBSC. Le LPP est responsable de la calibration, la production et de la livraison des données de l’antenne HF, et participera à la calibration des données BF en collaboration avec l’équipe de l’université de Kanazawa. Les deux sondes MMO et MPO (Mercury Planetary Orbiter –sous la responsabilité de l’ESA) ont été lancées avec succès en octobre 2018 de Kourou à bord de la fusée Ariane 6. Après plusieurs survols de la Terre, Venus et Mercure, les deux sondes devraient s’insérer en orbite autour de Mercure en décembre 2025. Une première compagne de commissioning (NECP : Near Earth Commissioning Phase) a eu lieu en novembre 2018 et a confirmé le fonctionnement nominal de l’instrument DBSC (les premières données en vol ont été acquises). Deux autres compagnes de mesures ont eu lieu lors des survols de la Terre (avril 2020) et de Venus (octobre 2020) où DBSC était allumé. Les données acquises ont montré le fonctionnement nominal de DBSC. Celles acquises dans l’environnement plasma de Venus (via l’analyseur PWI-Sorbet) ont fait l’objet d’un communiqué de presse de la JAXA (https://global.jaxa.jp/press/2020/11/20201104-1_e.html ). Elles sont en cours d’analyse par nos équipes et susceptibles d’être exploitées scientifiquement (bien que le mât sur lequel DBSC est monté ne soit pas encore déployé). D’autres survols sont déjà programmés, le prochain (août 2021) permettra d’approcher Venus à quelques centaines de km. DBSC sera allumé et permettra d’acquérir de nouvelles données.

Dernière validation de la BDD : jeudi 5 mai 2022